Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘fratries’ Category

C’est une interview du député français Jean Léonetti, dans l’hebdomadaire "L’express" de cette semaine, qui a retenu aujourd’hui mon attention.

Indépendamment de la controverse sur la place des parents homosexuels dans la séparation, un long chapitre de cette interview met particulièrement bien en évidence le rôle de la médiation familiale. Malgré quelques petites approximations, il est intéressant de lire les réflexions suivantes:

Chaque situation étant différente, le médiateur peut évaluer en fonction de chaque histoire les requêtes des familles. On s’est inspiré pour cela du droit canadien qui essaye de trouver une solution qui va dans le sens du bien-être de l’enfant et qui désamorce les conflits. La médiation est la seule façon d’apaiser les conflits au cas par cas et de ne pas figer le droit.

Cette idée de ne pas figer le droit me parait essentielle. L’évolution de la co-parentalité lorsque le couple parental est séparé requiert une immense souplesse. Comment définir de manière rigide ce que devra devenir le rôle de chaque parent dans trois, cinq ou quinze ans ? Les discussions approfondies entre les parents dans le cadre d’une médiation permettent généralement de dégager des principes directeurs qui permettront plus tard de faire les meilleurs choix pour les enfants sans pour autant avoir du les bétonner dans un jugement ou une loi dès la séparation.

De plus, comme l’explique plus loin le député français,

La médiation offre beaucoup de souplesse. Elle correspond mieux à la diversité des situations: les couples recomposés, les couples homosexuels, les enfants élevés à la fois par un parent et son frère… L’important c’est que l’enfant se sente bien avec un tiers, quel qu’il soit. La médiation permet de trouver des solutions adaptées à chaque famille.

La solution de médiation est donc idéale pour les situations qui impliquent des enfants et de la coparentalité. L’expérience canadienne qui exige une tentative de médiation dans toute séparation d’un couple ayant un ou des enfants mineurs montre bien tous les avantages de la médiation: des accords mieux respectés, à un moindre coût, et ou chacun repart en ayant l’impression d’avoir fait du "bon travail" dans l’intérêt des enfants. Et même une possibilité d’entendre et d’impliquer les enfants dans le processus tout en garantissant qu’ils gardent bien leur place d’enfants et qu’ils ne se sentent pas érigés en arbitre du conflit de leurs parents.

Read Full Post »

Ce 3 avril 2009 à 20h45, l’émission "devoir d’enquêtes" sur la1 TV reviendra sur un thème brûlant, celui de l’aliénation parentale. Si du côté des experts, la présence de Benoît Van Dieren promet une approche à la fois humaine et pragmatique, c’est du côté des témoignages que l’émission sera particulièrement intéressante.

De sources bien informée, vous pourrez en effet y voir et y entendre et un fils, victime de rapt parental, et son père qui est toujours resté "au pays". Ce double témoignage pourrait porter un éclairage nouveau sur une question que l’on a parfois un peu trop tendance à trancher rapidement… lorsque l’on n’est pas soi-même concerné.

Je ne sais si cette émission mettra en évidence le rôle que peut jouer la médiation familiale dans le cadre de ces rapts parentaux, comme l’actualité du déchirement des parents de la petite Elise (franco-russe) le montre aujourd’hui encore. Et dans cette histoire comme dans beaucoup d’autre, l’observateur extérieur ne peut s’empêcher de poser la question de savoir jusqu’où il est possible d’instrumentaliser le thème de l’intérêt de l’enfant au service exclusif de petites ou grandes vengeances personnelles.

Read Full Post »

Le salon "Parents 2009" regroupe tous les intervenants du monde de l’enfance et de la parentalité. En tant qu’intervenant régulier au sein des familles, aussi bien comme médiateur que comme coach ou thérapeute, interactes se devait de participer à cet événement.

C’est pourquoi en association avec l’Association pour la Médiation Familiale et l’asbl Médiations, Interactes sera présent ces 20, 21 et 22 mars au salon « Parents 2009 ».

Ce salon permet aux parents de rencontrer l’ensemble des « professionnels » de l’accompagnement des parents, depuis les responsables de plaines de jeux aux coach parentaux, en passant par toutes les activités lucratives ou non qui peuvent aider chacun d’entre nous à être de meilleurs parents.

En tant qu’intervenant auprès des familles, interactes ne pouvait pas être absent de cette manifestation, et nous avons donc décidé, en association avec l’Association pour la Médiation Familiale et l’asbl Médiations d’y tenir un stand pendant toute la durée du salon.

Sur ce stand se succèderont divers intervenants: Annette Bridoux, avocate, médiatrice, formatrice en médiation, présidente de l’AMF; Ginette Debuyck, médiatrice, formatrice en médiation, présidente de l’asbl Médiations et trésorière de l’AMF, Jean de Lathouwer, médiateur familial et de quartier et administrateur de l’AMF, et Dominique Foucart, médiateur, psychothérapeute, directeur d’Interactes et vice-président de l’AMF.

Le salon se tient sur le site de Tour et Taxi à Bruxelles du vendredi 20 mars au dimanche 22 mars, de 10 à 18h00. Le prix d’entrée pour les particuliers est de 5 euros. Nous vous invitons à venir nous retrouver sur notre stand et à diffuser largement cette information.

A titre personnel, je compte proposer des séances gratuites d’introduction au coaching et à la médiation familiale, d’une durée de 20 minutes chacune, pour toutes les personnes qui en feront la demande. Je devrais être personnellement présent sur le salon vendredi de 16h00 à 18h00, samedi de 10h00 à 18h00, et dimanche de 14h00 à 18h00.

Pour plus d’informations:

Je mettrai régulièrement à jour mon blog (http://blog.interactes.be) pendant le salon, et vous pourrez également recevoir des nouvelles brèves du salon via mes « tweets » en vous connectant sur http://twitter.com/dfoucart

Read Full Post »

"Le Soir" de ce week-end publie un article intitulé "Les affaires familiales bientôt jugées à huis-clos". J’étais frappé en le lisant par le fait que la solution du huis-clos "à la demande" existe déjà aujourd’hui et ce, pour tout conflit de type "transactionnel", grâce à la médiation, qu’elle soit d’ailleurs familiale, commerciale ou au sein d’une entreprise.

La plupart des gens à qui l’on parle de médiation pensent d’abord "conciliation". Tous les médiateurs professionnels savent que c’est là une erreur fondamentale. La médiation n’est pas un exercice de conciliation. En matière familiale en particulier, l’objectif d’une médiation de séparation ou de divorce ne sera pas de "ré-concilier" le couple. Bien au contraire, la médiation réussie en matière de séparation et de divorce est celle qui permet de reconnaître la fin du couple, tout en lui permettant de trouver la meilleure solution pour chaque membre de la famille dans la nouvelle organisation.

Mais une caractéristique qui par contre est presque toujours perdue de vue lorsqu’on parle de médiation, c’est le confidentialité et le secret qui entoure tous les débats effectués en médiation. En fait, au contraire de la procédure judiciaire, c’est le huis-clos qui est la règle en médiation. Cela va jusqu’au point ou un protocole de médiation (le "contrat" entre le médiateur et les personnes ou entreprises en conflit) explique clairement que pour qu’un document ou une information échangée dans le cadre d’une médiation puisse être présenté en dehors de cette médiation il faut l’accord de toutes les parties, y compris le médiateur.

Ainsi, la médiation permet de prendre en compte toute une série d’éléments qui sont en général "cachés" lorsque l’on se trouve devant un tribunal où les débats sont publics. Qui voudrait voir s’étaler sur la place publique tous les petits secrets de familles ? Quelle entreprise est heureuse de savoir que les conditions commerciales qu’elle concède à un client pour régler un litige sont désormais connues de tous ses autres clients ? Quel employé est prêt à reconnaître publiquement une erreur de jugement qui pourrait lui valoir plus de reproche de ses pairs ?

Grâce à la médiation, les parties en conflit peuvent donc prendre en compte tous les éléments de leur situation particulière, sans avoir de crainte de voir ces éléments étalés au vu et au su de tous. Si c’était le cas, la partie qui a rompu l’accord se verrait alors privée du bénéfice des accords, puisqu’elle aurait rompu un élément essentiel de celui-ci.

Au fur et à mesure des médiations, je rencontre de plus en plus de situations qui justifient la confidentialité comme élément contribuant à une meilleure résolution du conflit. Je suis curieux de savoir si vous aussi vous avez rencontré de telles situations. Profitez donc de l’espace de discussion offert par le blog d’interactes pour nous en parler !

Read Full Post »

medivC’était hier le Mediv Dag, une journée organisée par le Mediv (Mediation Instituut Vlaanderen) au cours de laquelle une quinzaine de workshops étaient organisés dans le cadre bucolique du chateau "Koningsteen" à Kapelle-op-den-Bos, entre Malines et Bruxelles.

Avant d’aborder les thèmes de cette journée, il me paraît essentiel de saluer l’incroyable énergie de la femme qui est derrière toute cette activité. En effet, Diana Evers se démène pour la médiation et obtient des résultats remarquables depuis de nombreuses années. Il serait temps que chacun d’entre nous s’intéresse tout autant à sa capacité à motiver les gens autour de la médiation qu’aux modèles théoriques qu’elle développe. Je reviendrai sur ces derniers un peu plus tard, mais son action en faveur de la médiation me semble devoir être mise en avant.

J’ai la ferme intention de revenir les jours prochains sur toute une série de réflexions qui me sont venues au cours des sessions auxquelles j’ai participé, mais je voulais avant tout soulever le dynamisme d’une organisation qui montre que l’optimisme pour la médiation me semble beaucoup plus présent en Flandres que chez les francophones.

Et si j’ai ressenti cet optimisme, c’est sans doute parce que j’ai été frappé par le nombre d’initiatives concrètes qui naissent au Nord de la frontière culturelle belge. Des initiatives qui n’ont pas peur de faire franchement la promotion de la médiation en partant d’un point de vue fondamental qui échappe me semble-t-il toujours à la plupart des médiateurs francophones: le point de vue du client potentiel. Nous continuons en tant que francophones à penser et à réfléchir sur la meilleure manière de nous centrer sur notre client, et nous restons incapables de nous mettre à la place de celui qui ne sait pas encore qu’il pourrait avoir besoin de nous.

Le résultat est bien connu: la personne impliquée dans un conflit ne sait pas, ni avant, ni pendant le conflit quelles sont ses alternatives à mener un "combat" soit en direct avec son "adversaire", soit en confiant ce combat à un initermédiaire (arbitre, avocats, syndicat, organisation professionnelle). Et lorsqu’on lui parle de médiation, alors que les "premiers sangs" ont bien souvent déjà coulés de part et d’autre, il regrette de ne pas l’avoir su plus tôt… mais déclare que pour lui c’est déjà trop tard.

Chez nos amis du Nord, ces questions ne sont pas éliminées, mais c’est clairement la recherche volontariste de situations d’interventions qui est au coeur du débat.

Comme indiqué plus haut, je reviendrai ces prochains jours avec quelques sujets qui m’ont particulièrement intéressés:

  • la prise de conscience de mon rôle de médiateur comme contributeur à un meilleur développement sociétal
  • la place de la médiation dans le rôle d’un manager
  • une introduction au modèle de médiation "de développement"
  • deux approches intéressantes de la mise en place de pratiques de groupe en médiation
  • et un modèle de création mutuelle de valeur pour les clients et le médiateur à travers les propositions qui émanent du très dynamique groupe "Pareto"

Vu la densité de toutes ces présentations, il faudra me donner un peu de temps pour leur laisser prendre forme, mais "ne quittez pas l’écoute" du blog d’interactes.

Je trouverais d’ailleurs particulièrement sympathique si certain(e)s d’entre vous choisissaient de participer à la discussion en répondant à la question suivante:

Quel conseil donneriez vous à un médiateur débutant pour l’aider à obtenir ses premières médiations et à gagner sa vie par la médiation endéans les 5 ans ?

Read Full Post »

Je recevais ce matin en médiation un couple qui m’expliquait la situation familiale dans laquelle ils se trouvent deux ans après leur séparation. Dans le même temps, je recevais l’invitation de l’AMF pour sa prochaine formation "Travailler en médiation familiale avec les nouveaux partenaires". Je ne peux m’empêcher de faire le lien entre les deux.

Dans la médiation de ce matin, Madame a rencontré Monsieur après avoir eu un enfant d’un premier mariage. Dans son couple avec Monsieur, elle a eu également un enfant. Et depuis un an, elle a un nouveau couple et vient d’accoucher d’un troisième enfant.

De son côté, Monsieur a également une nouvelle compagne, dont il vient aussi d’avoir un bébé. L’enfant commun du couple, âgé de quatre ans, tisse déjà de nombreux liens, tant avec ses "frères" et "soeurs" qu’avec les nouveaux compagnons.

Ces nouveaux compagnons occupent également une place non négligeable dans l’esprit de l’autre parent. Il est ainsi très difficile pour une maman de voir son (parfois très jeune) enfant pris en charge par celle qu’elle considère souvent comme sa rivale. Et un père peut aussi avoir de grosses difficultés à admettre que le rôle qu’il veut jouer dans l’éducation de son enfant soit aussi tenu par un autre homme, au risque parfois de le voir se faire appeler "papa"…

Travailler avec les nouveaux partenaires des parents n’est d’ailleurs pas l’apanage des médiateurs familiaux. Je suis à peu près persuadé que de nombreux enseignants et travailleurs sociaux sont quotidiennement confrontés à ce type de situation.

C’est pourquoi la formation proposée par l’AMF me semble particulièrement pertinente. Monique Stroobants est une immense experte dans le domaine. Elle est une des "fondatrices" du mouvement de la médiation en Europe, et vient après de nombreuses années de travail à Molenbeek, de repartir au Québec, la patrie de naissance de la médiation familiale. Elle nous revient de temps en temps pour continuer à dispenser la bonne parole, et j’invite tous ceux qui se sentent concernés par cette problématique des liens complexes au sein des familles à venir la rejoindre ce 15 décembre 2008 pour une grande journée de réflexion.

Toutes les informations pour l’inscription sont sur le site de l’AMF.

Read Full Post »

Cette semaine voit apparaître des évolutions importantes sur le site d’interactes. Ces nouveautés sont avant tout destinées à améliorer les contacts entre professionnels de la gestion du conflit (qu’ils soient de l’univers psy, social ou juridique) en leur offrant un espace de documentation spécialisé (pas encore très étoffé, mais les idées ne manquent pas) et un lieu de discussion protégé (un forum exclusif sur lequel nous vous attendons)

Le site d’interactes.be a été revu de fond en comble il y a quelques semaines, et son taux de fréquentation est en hausse constante. Nous avons atteint un ranking de 3 sur l’échelle de Google, ce qui pour un site aussi spécialisé est déjà en soi un record.

La nouvelle fonctionalité principale ajoutée aujourd’hui est la possibilité de se connecter à la communauté interactes, soit comme particulier, soit comme professionnel. Chaque type de connexion vous donne accès à des informations qui répondent aux besoins de chaque type d’utilisateur. Les informations mise à disposition des particuliers sont plus conviviales et veulent permettre une meilleure compréhension et une meilleure préparation de chacun face au conflit, alors que celles que l’on trouve dans la section "professionnel" sont clairement destinées à un public de prescripteurs ou d’acteurs dans la gestion des conflits.

Je ne peux que vous inviter à nous rejoindre en remplissant la demande d’information qui se trouve sur le site et en indiquant dans le champ "description" que vous désirez nous rejoindre. A très bientôt sur l’espace "pro" de interactes.be ?

Read Full Post »

Il était temps de le rafraîchir, même si il avait subit un petit "face lift" il y a quelques semaines. Désormais, le nouveau site web d’interactes est en ligne.

Avec le renforcement de l’équipe par l’arrivée de Catherine Lemoine, psychothérapeute IBG, et les nouveaux services de coaching de groupe et d’interim management, la gamme de services offerte par Interactes touche désormais la plupart des domaines de la gestion de la crise et du conflit, aussi bien au plan personnel qu’au niveau des organisations.

Votre lecture critique est bien entendu la bienvenue. Je suis sur qu’il traine encore ici et là l’une ou l’autre faute d’orthographe. N’hésitez pas à me les signaler !

A très bientôt donc sur interactes.be

Read Full Post »

Ceux qui s’intéressent à la psychologie et à la psychothérapie familiale connaissent l’apport essentiel d’Iván Böszörményi-Nagy à l’approche systémique dans les familles. Il s’est particulièrement intéressé aux problématiques des loyautés inter-générationelles et à mis en évidence un concept que je trouve particulièrement approprié à la médiation familiale, celui de la multi-partialité que je préfère de loin à la présomptueuse neutralité…

Catherine Ducommun-Nagy, épouse de Iván Bösmzorményi-Nagy est une psychothérapeute de grand renom et a continué et propagé l’oeuvre de son époux. Elle a notamment écrit un ouvrage remarquable: "Ces loyautés qui nous libèrent", une traduction-réinterprétation de l’ouvrage majeur de son mari "Invisible loyalties".

Catherine Ducommun-Nagy sera l’invitée de l’association Yapaka, pour une conférence exceptionnelle sur le thème Les loyautés au sein du couple et de la famille, le 17 novembre prochain à 13h45. Le bulletin d’inscription en ligne pour cette conférence gratuite se trouve ici.

Je ne peux que vous conseiller d’aller écouter cette grande dame de la psychothérapie. Je ne manquerai sans doute pas de revenir sur son intervention après le 17 novembre.

Read Full Post »

C’est de nouveau la série d’articles de Victoria Pynchon sur la fin de vie de son père qui attire aujourd’hui mon attention. Dans la livraison d’aujourd’hui, elle met remarquablement en valeur les causes principales du conflit et les raisons qui permettraient aux protagonistes de l’éviter.

Bien sur dans cette série, Victoria se penche sur la problématique des conflits liés aux soins de santé, mais mon expérience me pousse à croire que les mêmes tendances sont à l’œuvre aussi bien dans les conflits familiaux que dans les conflits commerciaux.

Je me contenterai de vous traduire la conclusion de l’article du jour:

  • c’est la loi et pas les gens qui monétise l’injustice
  • il s’agit plus de parler de respect que de parler d’argent
  • reconnaître que l’individu avec lequel vous êtes en conflit défend ses positions pour des questions morales plutôt que vénales est la première étape vers un terrain d’entente
  • quand les gens se concentrent sur les problèmes financiers, ils ont une tendance générale à devenir moins généreux
  • notre esprit valorise nos comportements coopératifs, en d’autres termes nous sommes "cablés" pour la compréhension, la compassion, le pardon et la réconciliation (note personnelle de DFO: sur ce point, j’ai parfois mes doutes…)
  • même les primates contestent lorsqu’ils se sentent traités avec inéquité

Voilà de quoi alimenter notre réflexion pour quelques heures supplémentaires.

Read Full Post »

Older Posts »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.